Sélectionner une page

Vous trouverez ici le témoignage de Patrick Chêne qui sort d’une mauvaise période et nous livre son point de vue dans une tribune du figaro. Allez le lire, ça prends 3 min et c’est un témoignage d’espoir, de politique et d’opinion publique.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/09/14/31003-20170914ARTFIG00251-hopital-le-temoignage-d-un-patient.php

Je le dis tout de suite avant que certains ne montent au créneau à la pause café : Je trouve très bien ce qu’il dit, le cancer est un truc dégueulasse et quiconque lutte contre cette maladie a tout mon soutien (parole d’ancien chercheur en cancérologie).

Maintenant que les choses sont claires, il y a 2 points qui m’ont fait réagir (en réalité, plus de 2 mais mais dans un soucis de simplification (c’est à la mode) je ne vais en traiter que 2).

 

Urgences… et Pains au chocolat !

Rapidement, ce que j’appellerais le syndrome Dr Ross : Oui, il est normal de trouver génial le gars qui vous a sauvé la vie, oui c’est normal d’être reconnaissant envers l’équipe médicale (et là, je trouve que Patrick Chêne a été exemplaire en prenant en compte le fait que c’est une équipe qui vous soigne et non quelques individus disparates). Mais oui, il ne faut pas oublier que c’est leur métier. Ils ont été formés, ils sont dans un environnement et dans des conditions qui le permettent et donc, c’est un peu “normal” non ? Votre Boulanger vous accueille de 6h à 20h avec du pain frais 6 jours par semaine (voir 7 pour celui en bas de chez moi), pourquoi personne ne loue ses “horaires élastiques”, “son respect de l’hygiène fondamentale”, “sa bonne humeur même quand sa bagnole est fracassée et que son chat a disparu… Pourquoi on ne publie pas une tribune dans le figaro pour lui  ? Certains diront que les medicaux et mon boulanger n’ont pas le même “droit à l’erreur” : une chirurgienne qui oublie de se laver les mains avant votre rendez vous préopératoire bien qu’elle ait fait sa tournée de visite et c’est la gastro assurée : Portons plainte pour une maladie nosocomiale ! Mon boulanger qui oublie de se laver les mains alors que le petit dernier de la famille à la gastro et hop, c’est 3 000 baguettes gastro qui partent dans la nature 🙂 !!!

Bref, j’en ai un peu marre de cette dichotomie : les métiers à reconnaissance (pompiers, médicaux and Co) et les autres.

 

Et si je présentais Stade 2 ?!

La 2eme chose qui me fait réagir dans sa tribune, c’est ça :

« Le gouvernement parle souvent de simplification. Il en faut dans l’hôpital mais avec un souci permanent : donner tous les moyens aux soignants plutôt que de multiplier normes et règles déconnectées du réel ».

Il parle de “normes et règles déconnectées du réel”… Quel est l’andouille qui a fait ca ?!  C’est un sujet à part entière : Un spécialiste métier n’est pas un gestionnaire des normes, contraintes et risques ; un gestionnaire des normes n’est pas un spécialiste métier. Les 2 sont nécessaires. L’erreur serait (et est souvent) de penser qu’on peut s’improviser l’un ou l’autre.

En tant que QHSE, je vais tacher d’être au moins aussi impartial que Patrick Chêne vantant les mérites du corps médical en sortant d’un cancer. Je ne dirais pas qu’il n’y a pas assez normes ou que c’est normal de passer des heures à faire de l’administratif plutôt que soigner des gens. Mais je me pose une petite question : Qu’est ce que Patrick Chêne sait des normes et contraintes administratives ? Ce qu’il en a perçu par le biais du filtre du personnel médical ? Est ce qu’une seconde il s’est demandé quels sont les objectifs et l’utilité de ces démarches ? Est ce qu’il a fait une évaluation des risques si on supprime ses normes et contraintes ? (si c’est le cas, il peut me contacter, je serais heureux d’en discuter et de corriger mon point de vue).

Je n’ai pas fait une longue recherche sur les normes et procédures appliquées dans le cadre de la gestion des patients et plus généralement dans la vie de l’hôpital mais je suis d’accord qu’il y a probablement des progrès à faire pour potentialiser et améliorer les tâches qu’impliquent la gestion et la sécurité des patients donc, oui, il a raison. Cependant, la façon dont sera interprétée sa tribune par le lecteur amènera celui ci à penser comme tout ceux qui ont la tête dans le guidon de leurs tâches métiers : a savoir “les normes, c’est d’la merde” (citation véridique d’une collaboratrice). Ces mêmes personnes qui râlent quand on leur diagnostique un cancer à cause de l’amiante ou qui veulent un dédommagement parce qu’on ne les a pas empêché d’enlever la sécurité des bouteilles d’oxygène de l’hôpital (NF X46-020, NF EN ISO 850 pour les curieux). Pour le petit garant de l’application des normes et de la sécurité que je suis, sa tribune fait dire que oui, il y a aussi du travail pour faire comprendre l’intérêt de tout ce qui gravite autours des tâches métiers de chacun…. et c’est aussi valable pour mon boulanger !

 

Introspection ou autocritique, il faut passer par là de temps en temps…

Si je devais me commenter moi même, je noterais une chose : je suis un lecteur comme les autres : Si le message principal de Patrick Chêne est “arreter de vous plaindre, le système de santé est bon” et “l’hôpital est lui même malade”, j’ai porté mon attention sur les points qui touchent mes domaines d’activité. C’est une donnée que l’on peut prendre en compte lorsque l’on écrit une procédure, un texte, une norme : chaque lecteur y apposera son filtre et ne récupérera pas la même information. C’est aussi valable pour une formation ou un discours etc.. … À garder en tête lorsqu’on espère voir les effets de nos messages !

 

 

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Rejoignez la newsletter pour recevoir les derniers articles ! Pas de spam ! :-)

Merci pour votre inscription !